xx
.

Accueil
Abbaye
Société
Conseil
Statuts
Archives
Photos

Assemblée 2022

Trois ans après s’être réunie pour la dernière fois à la même époque, l’Assemblée générale de l’Abbaye de Rossinière s’est tenue à l’Hôtel de Ville sous la conduite de son Abbé-Président Yves Dubuis. Convoqués pour 20h30, les 25 membres présents ont patienté quelques instants avant d’écouter les mots d’accueil de leur président, heureux de retrouver « pour de vrai » ses sociétaires. Quinze membres avaient pris la peine de s’excuser.

Avant de lire la correspondance et d’inviter les membres intéressés par une participation au Tir Cantonal de Payerne (du 24.06 au 10.07) à s’annoncer au Comité, l’Abbé commença par rendre hommage à MM. Hans Ludi, Claudi Raymond et Henri Turrian, regrettés membres disparus ces douze derniers mois. Il fit également part de la démission de M. Albert Zürcher, pour raisons de santé, puis des trois demandes d’admission qui lui étaient parvenues. MM. Julien Barthe, Sascha Rothenbühler et Lionel Grin ont été admis par acclamation, en attendant d’être assermentés lors de la prochaine Fête.

L’assemblée acceptait ensuite sans remarque le PV de la dernière assemblée de 2021, qui s’était tenue par visioconférence. Retenu par le concert de la Montagnarde, dans laquelle il exerce un autre de ses talents, le Boursier Robin Schittli avait délégué la présentation des comptes à l’Abbé, qui put décrire avec précision la situation financière de la société grâce à la minutie avec laquelle la comptabilité est tenue. Parmi les divers chiffres présentés, ce sont surtout les 3100 CHF de cotisation non-payées qui retiennent l’attention. Cette somme est en partie due à l’absence de tir pendant 2 ans, puisque nombreux sont encore les membres à s’acquitter au guichet du stand. Mais ces découverts seront évidements systématiquement réclamés dans les semaines à venir. On précise que lorsqu’un membre avec des cotisations en retard se présente au guichet du stand, il doit s’acquitter avant de recevoir son carnet de tir. Dans le cas extrême où la cotisation reste impayée pendant 3 ans, le membre peut depuis quelques années être exclu par l’assemblée. Cette année, ce sont ainsi 9 membres que celle-ci a dû se résoudre à rayer des registres de la société. Un dernier courrier les avertissant de cette possibilité leur avait été envoyé au préalable, mais aucun n’y a donné suite.

Antoine Martin lut ensuite le rapport des vérificateurs des comptes, qu’il avait établi avec Stéphane Berdoz. Ils relevèrent la qualité du travail du Boursier, la sévérité des moyens employés pour s’assurer de l’exactitude des chiffres présentés (un sérum de vérité !?), et une fois encore la nécessité des cotisations pour assurer le roulement de la société. L’Assemblée suivit leur recommandation en donnant décharge au Boursier et au Conseil pour les comptes 2021, et en le remerciant par des applaudissements nourris. Les prochains vérificateurs des comptes seront MM. Jean-François Jaquier, Patrick Henchoz et Fabrice Pipoz (suppléant).

Le point suivant de l’ordre du jour était le rapport du Président. Rapport oral, puisque ses 12 ans d’ancienneté à ce poste lui permettent d’improviser avec aisance sur les préoccupations et satisfactions qui rythment sa vie d’Abbé. Il retient ainsi surtout le plaisir de se retrouver en présentiel, et constatant un regain de participation lors des manifestations qui peuvent à nouveau avoir lieu, il espère énormément de monde sur les rangs le 30 avril.

Sans s’étendre, il enchaîne sur le renouvellement du Conseil. Décidé pour 2 ans et validé l’année dernière, il n’est pas directement sujet à discussion ce soir-là. Mais Yves relève tout de même que le Conseil a eu été constitué de 9 membres, et que si un membre de l’assistance souhaitait rejoindre les 7 membres actuels, il est chaleureusement invité à se manifester, … ce qui sans surprise ne se produit pas. Le Conseil va donc continuer à fonctionner en l’état pour la prochaine Fête. Toutefois, et comme annoncé depuis plusieurs années maintenant, deux membres du Conseil présenteront leur démission lors de la prochaine assemblée en 2023 : Olivier Ramel, après 12 ans de Comité et notamment la lourde responsabilité du stand, et l’Abbé-Président lui-même, qui avait déjà accumulé 9 ans de Conseil avant même de prendre la Présidence. Leur succession devrait donc revenir dans pas mal de conversations lors de nos prochaines rencontres.

Le point du jour sur le prix de la finance d’entrée ne suscitant pas plus de discussions que d’habitude, l’Abbé-Président passe à la présentation de la Fête, où les rôles principaux seront tenus par Kevin Karnstädt, Porte-Drapeau, Stéphane Brusco, Commandant de Fête, et Pierre-Alain Berdoz, Chef-Cibarres. Une lettre de ce dernier est lue par l’Abbé, dans laquelle Pierre-Alain décrit son parcours l’ayant amené du pupitre de secrétaire à celui de responsable des marqueurs, instruit à la tâche par Marcel Marmillod, et successeur de Dominique Pilet en 2010. Il estime temps pour lui de désormais profiter de la Fête de l’autre côté de la Sarine, et annonce qu’il cèdera sa fonction à Julien Pilet dès l’année prochaine. Des applaudissements nourris remercient P.-A. pour tout le travail effectué, et l’Abbé relève que, contrairement à lui-même, Pierre-Alain a fait les choses justes jusqu’au bout, puisque lui a su trouver un successeur pour assurer la continuité ! Pour terminer avec la Fête, l’Abbé annonce le programme du 30 avril, et signale que la nouveauté de cette année concernera les rangements du dimanche, où les nouveaux membres (et d’autres bonnes volontés) seront désormais attendus !

Le gros débat de la soirée a concerné la mise en conformité des cibles et du stand, qui ont largement occupé le Conseil pendant l’année écoulée. Yves Dubuis a dressé l’historique des nombreuses séances, discussions et correspondances tenues avec les autorités communales mais aussi militaires, et lu plusieurs courriers donnant les détails des démarches réalisées. Pour essayer de résumer des discussions compliquées, 3 options se présentaient pour l’Abbaye : (i) conserver les installations en l’état, ce qui aurait permis à l’Abbaye de tirer sous un régime de dérogation en tant que société de tir historique. En revanche, aucun autre tir, même pas de Jeunesse, n’aurait pu avoir lieu dans notre stand. (ii) Installer des récupérateurs de balles en faisant appel aux subventions fédérales ; cette solution n’apportait toutefois pas davantage réel par rapport à la première, puisqu’il n’aurait là aussi été possible de faire que le seul tir de l’Abbaye. (iii) Installer sans subvention des récupérateurs de balles, ce qui permettait de maintenir l’activité du stand sans restriction, tout en maintenant le droit communal aux subventions d’assainissement, lorsque celui-ci sera nécessaire (pas avant la fermeture de la ligne de tir). C’est cette dernière option qui avait été retenue, afin d’assurer la pérennité de la ligne de tir et de ses activités. Des discussions constructives avec la Municipalité ont alors permis de financer ces travaux devisés à 103 kCHF, par une contribution de la Commune de 33 kCHF à fond perdu, et 50 kCHF sous forme de prêt sans intérêt, le solde étant pris en charge par les fonds propres de la société. La convention fixant le mode de remboursement de ce prêt doit encore être établie avec la Commune, et les membres ont avalisé à l’unanimité moins 2 absentions la proposition du Conseil, qui consiste à rembourser 60 ct par coup tiré, quelle que soit la manifestation ayant lieu au stand. Pour l’Abbaye, le surcoût sera reporté en partie sur le tireur par une facturation du carnet de tir de 10 CHF, le solde étant pris en charge sur le bénéfice de la Fête. Pour les autres sociétés utilisatrices du stand, une facture leur sera adressée sur la base du nombre de coups tirés. Cette méthode devrait permettre un remboursement non-linéaire, mais proportionnel à l’activité au stand, sur une durée de l’ordre de 30 ans, et c’est ainsi ce qui sera prochainement proposé à la Commune pour établir la convention.

De nombreux membres présents ont pris la parole sur le sujet, et demandé des éclaircissements. Par exemple, lorsqu’il sera nécessaire d’assainir les cibles, l’Abbaye sera-t-elle à nouveau sollicitée financièrement ? Le Syndic Jean-Pierre Neff répond que non : l’assainissement est à la charge de la Commune, et celle-ci conservera son droit aux subventions grâce à l’installation des récupérateurs de balles. Qu’adviendrait-il de créances subsistant en cas de dissolution de la société avant le remboursement ? Les statuts précisent déjà que le stand devrait être vendu en premier lieu à la Commune de Rossinière, mais il faudra s’assurer qu’un éventuel solde de la dette s’annule en cas de disparition de l’Abbaye. Marcel Marmillod s’interroge sur ce qui impose toutes ces mesures à ce moment précis, en particulier pour les aménagements prévus au stand, qui semblent découler de décisions abruptes et personnelles, sans requête officielle des autorités. Il est alors expliqué qu’il existe bien un règlement qui décrit les règles devant être respectées au stand, mais que celles-ci ne sont inspectées que pour les installations dans lesquelles ont lieu des tirs militaires. Comme notre stand n’est pas utilisé dans ce but, il n’y a jamais eu de rapport officiel, mais on estime judicieux de suivre les recommandations reçues pour assurer la pérennité du stand, surtout lorsqu’elles ont pour but d’assurer la sécurité lors des tirs. Les avis convergent cependant tous vers la difficulté à suivre et à adhérer aux changements constants de réglementation et d’interprétations de ces règlements.

Concrètement, les travaux aux cibles sont en cours et sauf problème météo, les caissons seront posés le 13 avril. Au stand, Olivier Ramel a entrepris de déplacer et surélever les râteliers d’armes, et un marquage au sol sera fait d’ici la fête. La pose d’une paroi antibruit à la buvette interviendra dans un deuxième temps, après l’Abbaye de cette année. La nécessité de fermer ou non la route du cimetière pendant les tirs reste à discuter, mais ne s’agissant que d’une recommandation, elle n’est pas obligatoire.

Les débats auraient pu continuer encore longtemps, mais les divers avis ayant pu être exprimés, l’Abbé met un terme à la discussion en soulignant qu’il est plus que conscient de la responsabilité qui incombe aux organisateurs d’une telle manifestation, notamment en pensant au fameux formulaire POCAMA de l’Etat de Vaud, qui impose la prise de connaissance et la reconnaissance des responsabilités vis-à-vis des multiples contraintes imposées de nos jours. Il ne manque pas de remercier Robin et Quentin Schittli pour leur soutien dans les démarches et leur connaissance des dossiers et réglementations.

Sujet plus simple et plus réjouissant, Yves présente ensuite la vitrine installée dans la salle où se déroule l’assemblée, et qui permet d’entreposer et d’exposer l’étendard de la société aux gens du village et aux gens de passage. La deuxième moitié de la vitrine est mise à la disposition de la Jeunesse, qui y a également installé son nouveau drapeau. C’est justement le président de celle-ci, Fabrice Pipoz, qui est le premier à se lever pour le dernier point de l’ordre du jour, les propositions individuelles. Dans une prise de parole inspirée et inspirante, il remercie l’Abbaye et souligne les liens forts qui unissent nos sociétés respectives, l’importance de les entretenir, et ainsi de permettre de maintenir et faire évoluer nos traditions. Jean-Pierre Neff apporte les salutations de la Municipalité, qui est heureuse d’avoir pu trouver une solution aux problèmes de la ciblerie, et il abonde aux propos de Fabrice Pipoz concernant la vitrine des drapeaux, que les conseillers communaux ont pu admirer lors de leur dernière séance, et qui permet de garder à l’esprit que l’histoire de ces sociétés a un lien fort avec celle de ce village et de ses habitants.

Les autres prises de parole amènent quelques recommandations et propositions bienvenues concernant des sujets aussi divers que la validité des assurances du drapeau par rapport au nouveau lieu d’entreposage, de la répartition des râteliers dans le stand, du besoin de commissaires de Tir le 30 avril (s’adresser à Jean-Pierre Sallin) ou de la participation de l’Abbaye et ses membres aux manifestations de la Jeunesse (Meule à Charbon en 2023) ou de la fanfare (loto le week-end prochain).

Il est presque 23h lorsque l’Abbé-Président peut clore cette 180e assemblée de l’Abbaye de Rossinière. Pour célébrer le plaisir d’être à nouveau ensemble, il annonce que la société offre le verre de l’amitié autour duquel les discussions sont reparties de plus belle. Elles ne manqueront pas de se poursuivre le samedi 30 avril, dès 8h sur la place du village, où tout le monde se réjouit de se retrouver.

N. Moret, Greffier

.
© Abbaye de Rossinière 2022 - Dern. rev. 2022-04-09