xx
.

Accueil
Abbaye 2018
Société
Conseil
Statuts
Archives
Photos

Fête de l'Abbaye 2018

Après les fastes d’une année jubilaire, l’Abbaye de Rossinière a repris sa marche habituelle, avec une édition 2018 marquée du sceau du soleil et de la camaraderie. Pour l’Abbaye, habitude ne signifie en rien relâchement, mais au contraire garanti les standards de sérieux sur les rangs, bonne humeur entre les membres, et excellence des résultats. C’est ainsi plus d’une centaine de personnes qui se sont retrouvées ce samedi matin 28 avril à 8h sur la place du village, certains avec chapeau, brassard et fusil, d’autres avec uniforme et instrument, ou encore, pour le public, en tenue estivale et appareil de photo. C’est en effet sous un soleil radieux et par une température clémente que l’Abbé-Président Yves Dubuis a souhaité la bienvenue à tous les membres et amis de l’Abbaye de Rossinière pour sa 176ème édition.

Il commençait par présenter son nouveau Conseil, que rejoignent MM. Mikaël Geser et Jean-Pierre Sallin. Ces deux entrées comblent une partie du vide laissé par quatre membres sortants, qui furent appelés devant les rangs pour que leur soient remis la médaille du Mérite de la Fédération des Abbayes Vaudoises ainsi qu’un présent bien mérité au vu de leur engagement au profit de la société. Merci donc à Martin Geser, Stéphane Berdoz, Jean-Luc Golay et Jean-François Mottier pour leur total de 44 années de comité ! Relevons également que Pierre Pilet, sorti du Conseil deux ans plus tôt, fût également récompensé des mêmes attributs et remercié plus tard dans la journée lorsqu’il rejoignit la Fête.

Yves Dubuis appela également son frère Cédric, pour le remercier de son engagement hors norme pour la société, à la fois pour son rôle aux classements pendant deux décennies, et pour sa casquette de Commandant de Fête maintes fois coiffée avec brio. A l’aune des services rendus, son désir de passer la main est bien légitime, et si son poste aux classements est repourvu, celui à la tête de nos cortèges reste à la recherche d’un éventuel amateur. L’Abbé développa ainsi son discours sur le thème du bénévolat, en louant l’investissement désintéressé des personnes qui s’impliquent dans nos sociétés locales, et en remerciant celles qui permettraient aujourd’hui encore le bon déroulement de la manifestation.

Après un court rappel sur la nécessité des cotisations à notre société, qu’il encouragea à payer avec fierté, l’Abbé-Président procéda à l’assermentation des 3 nouveaux membres que sont Guillaume Lenoir, Pierre-François Mottier, et Benoît Mottier. Certains sont habitués aux prestations de serment, d’autres moins, mais tous ont dignement intégré les rangs de l’Abbaye en levant la main droite et en prononçant le traditionnel « je le promets ».

Ces nouveaux membres laissèrent ensuite leur place face aux rangs aux enfants et petits-enfants des membres qui avaient pris part le soir précédent au Tir des Jeunes. Tous les tireurs reçurent une médaille qu’ils portèrent fièrement durant la journée, mais c’est Abigaëlle Raymond, fille de Gilles, qui remporta le magnifique premier prix offert par Jean-Pierre Neff, en prenant l’avantage sur Justine Dubuis, fille de l’Abbé, grâce à l’appui de son coup de 82.

Après les recommandations d’usage, le cortège partit en direction du Grand Chalet étrenner son drapeau, les enfants se dirigèrent vers la boulangerie chercher petits pains et chocolats et le publique s’installa à la terrasse de l’Hôtel de Ville pour deviser devant un café. Pour les musiciens de l’Echo de Corjon qui avaient sonné la diane dès 5h, le premier café de la journée était déjà bien lointain, et toutes sortes d’autres substances et subsistances, licites bien sûr, leur avaient déjà permis de s’humecter les lèvres pour emboucher leur instrument en vue de leurs prestations de la journée. C’est d’ailleurs les vins de l’Echo de Corjon, mis en vente en vue de leur giron de l’an prochain, qui furent servis tout au long de la journée.

Comme l’année dernière, le centre de la Fête avait été déplacé devant la Grande Salle, pour permettre aux enfants de profiter en toute sécurité des activités qui leur étaient proposées par quelques fidèles et dévouées mamans, et par les sympathiques forains revenus après leur bonne expérience de l’an dernier. Ce sont ainsi manège, tire-pipe, grimage des faces souriantes, jeux d’adresse, gymkhana cycliste (mis à disposition par le club-vélo de Château d’Oex), et bien plus encore, qui ont permis aux enfants d’attendre la remise des prix en soirée. La tonnelle attenante a accueilli parents et visiteurs désirant veiller sur leurs chères têtes blondes en profitant du soleil. Qui dit tonnelle dit Estelle, qui a tenu la baraque sur un tour d’horloge complet (Record !), longtemps secondée par Fabienne.

Au stand, on retrouva l’ambiance simple, saine et authentique de notre Abbaye. Sur les stalles, les tireurs chevronnés côtoyèrent les pratiquants occasionnels. Certains tirèrent dans la cible d’à côté (de beaux coups parfois !). Un tireur à la vue déclinante inspectait les palettes à l’aide de jumelles, mais vit sortir un drapeau quand ce fût à lui de s’allonger. Des pères et grands-pères firent découvrir l’ambiance du stand aux nouvelles générations, récompensées des médailles glanées par leurs parents. La météo aidant, l’apéro débuté au Vin d’Honneur servi par les autorités communales se prolongea sur les terrasses et dans les restaurants, et bien qu’on reprit les tirs presque à l’heure après la pause de midi (au grand dam des cibarres confortablement occupés à prendre le soleil dans le talus), les tireurs prolongèrent la pause pour n’arriver que tard au stand, où ils prirent leur aise pour donner le meilleur d’eux-mêmes. Au final, ce sont ainsi 38 broches, 40 mouches et 22 caisses de bières dont les 121 sociétaires inscrits à Société eurent raison ! Record !

La nouvelle équipe des classements avait visiblement bien été formée, puisque malgré la clôture tardive des tirs, il était 19h précise lorsque les tireurs se rassemblèrent sur la Place du Village pour aller couronner leur roi. L’Abbé guetta du coin de l’œil si les têtes sur lesquelles il devrait déposer des lauriers étaient bien présentes, les cadets de l’Echo de Corjon prirent leur place aux premiers rangs de la fanfare, dont les percussions, plus sonores que jamais, conduisirent le cortège avec brio en direction du Grand Chalet. Là, rassemblés autour des deux Dubuis, les tireurs entendirent le nom de celui qui les a mis tous d’accord au stand : Patrick Henchoz, toujours aux avant-postes mais jamais couronné, n’a pas fait les choses à moitié puisqu’il s’adjugea non seulement les lauriers du Roi du Tir avec la meilleure broche (185 degrés !), mais également ceux de la Courte-Ligne, avec une addition de 49.45 ! On ajouterait son coup Surprise (nul besoin de préciser qu’il s’agissait encore d’une broche), qu’il aurait toujours la meilleure addition jamais obtenue de mémoire d’archives ! Record !

C’est donc pour le moins souriant qu’il a pu remonter au village, entouré de ses Dauphins Jean-Michel Berdoz et Armand Lenoir, puis en direction de la Grande Salle. Au passage du virage de la Cure, on aperçut le Commandant de Fête qui, de sa position privilégiée, prenait une photo de ce qu’il a annoncé être son dernier cortège à cette fonction. Non seulement sa longueur, mais surtout l’excellente tenue de ses participants faisait plaisir à voir et sont une fierté de cette Abbaye, et elle doit sans doute beaucoup au tact, et pas seulement aux galons, de Cédric Dubuis.

Arrivés devant la Grande Salle, les participants furent récompensés par un large pavillon de prix, comme de coutume splendide, dont tous les bénéficiaires ne manqueront pas de montrer leur reconnaissance aux généreux donateurs qui ont permis de le mettre sur pied. Patrick Henchoz fût rejoint au palmarès par Denis Henchoz, vainqueur à Surprise, puis plus tard par Fabrice Moret à la cible Mouche et Laurent Renaud, qui eu le Bonheur d’avoir un 2ème coup d’appui supérieur d’un point à celui de Michel Henchoz, tout d’eux ayant réalisé 100 et 95 pour leurs deux meilleurs coups.

Les deux derniers classements furent dévoilés plus tard dans la Grande Salle, où une partie de l’assistance s’était déplacée pour profiter d’une soirée schnitzel tyrolienne, alors que d’autres préféraient longuement pédzer autour de la tonnelle, ou en prenant des passes rachats au tire-pipe. Bien qu’on ne comptait qu’une soixantaine de réservations le vendredi matin, 108 places avaient été préparées à la Grande Salle, et 115 repas furent servis, mais pas forcément à ceux qui avaient réservé… Alors certes, il a fallu patienter une dizaine de minutes pour pallier à la rupture de stock de vin blanc au moment de passer à table ; certes, il a fallu boire de l’eau gazeuse en bouteilles de 3dl au lieu de bouteilles d’un litre, mais au final les sept membres du Conseil ont fait de leur mieux pour satisfaire un maximum de monde, bien aidés en cela par Stéphane Grand et son équipe, dont la qualité du service, la flexibilité et le calme en toute situation ne seront jamais assez vantés. Aux dernières nouvelles, personne n’est mort ni de faim, ni de soif, et les seuls cadavres retrouvés dans la Grande Salle au petit matin étaient ceux des bouteilles abandonnées par leurs propriétaires fatigués, mais visiblement repus. Les serveuses, qui avaient fière allure dans leur dirndl tyrolien, permirent à beaucoup de célébrer cette Abbaye jusqu’au petit jour. On fêta les couronnes, on arrosa les médailles, on trinqua aux retrouvailles. Les vieux briscards rentrèrent fatigués, et même parfois avant leur dame, mais heureux et fiers d’avoir contribué une fois de plus au succès de l’Abbaye de Rossinière. Désormais, que vive l’Abbaye 2019 !

N. Moret, Greffier



.
© Abbaye de Rossinière 2018 - Dern. rev. 2018-04-30